Encadrement militaire selon Ségolène Royal

 « J’ai proposé  une solution, la droite s’en empare, qu’elle le fasse tout de suite, les Français en ont assez des promesses sans lendemain » a demandé Ségolène Royal aujourd’hui lors d’une rencontre avec les habitants du quartier Bagatelle à Toulouse ajoutant « Monsieur  Sarkozy se rallie à l’une de mes propositions  et je lui demande de passer enfin des discours aux actes et le mettant au défi d’agir. »

Depuis cinq ans, Ségolène Royal  propose  sans relâche des solutions concrètes et efficaces pour lutter contre l’insécurité et notamment la mise en place d’un encadrement militaire. Cette solution est une alternative à l’impunité, qui conduit à la récidive, mais aussi une alternative à l’incarcération car les prisons surchargées aggravent la délinquance.Il existe  une action de la Défense nationale, intitulée « Défense 2éme chance », constituée de 21 Etablissements Publics d’Insertion de la Défense accueillent en effet  actuellement des jeunes volontaires, âgés de 18 à 25 ans, sans qualification et en difficulté scolaire.Un parcours complet de 8 à 24 mois est proposé en internat avec trois objectifs :
- une remise à niveau des fondamentaux scolaires,
- retrouver des repères par une formation civique et comportementale structurante,
- une préformation professionnelle.

Ségolène Royal propose que ce savoir-faire de la Défense nationale soit mobilisé et au besoin complété pour offrir une solution nouvelle et remettre ainsi  les mineurs délinquants sur de bons rails : « Il faut une remise à niveau scolaire, l’apprentissage d’un métier, le permis de conduire, les règles du vivre ensemble, les droits et devoirs dans une République et la participation à des chantiers humanitaires ».a t-elle précisé.

L’annonce du vote d’une loi (en Octobre !)  reporte de fait,  étant donné les délais, les décisions concrètes en 2012. Donc il vaut mieux voter pour Ségolène Royal, qui elle, le fera !

Ségolène Royal demande également au gouvernement un « moratoire sur la fermeture des régiments car on ne peut pas dire à la fois qu’on va mettre en place l’encadrement éducatif militaire des jeunes délinquants et, de l’autre côté, continuer à fermer les casernes. »
La politique de sécurité est en un échec total et les violences ont augmenté de 21,2% depuis 2002. Cet échec, largement dénoncé par tous les élus de terrain, de droite comme de gauche a désormais été établi par un constat sans appel de la Cour des Comptes.
 
Ségolène Royal agira et donnera aux français la sécurité à laquelle ils ont droit.

L’Equipe de Ségolène Royal

 

Encadrement militaire selon Ségolène Royal dans Les Projets



Propositions fiscales de Ségolène Royal

Nicolas Sarkozy s’apprête à soumettre au vote des parlementaires une loi qui prétend inscrire dans la Constitution l’interdiction des déficits publics. Cette « règle d’or » n’engage à rien, elle n’est qu’une règle de papier.C’est une façon périmée de faire de la politique.  Face à la gravité de la question des déficits publics, les Français veulent des actions sérieuses, pas des manoeuvres politiciennes. 1/ Nicolas Sarkozy, veut appliquer cette règle aux autres sans se l’appliquer à lui même. C’est quelque chose d’artificiel. Il repousse à 2013, après l’élection présidentielle, ce qu’il pourrait appliquer dès maintenant. Les déficits doivent être réduits le plus tôt possible. C’est dès maintenant que Nicolas Sarkozy peut agir, au lieu de reporter le problème sur son (ou sa) successeur(e). S’il s’était appliqué une règle d’or dès le début de son quinquennat, jamais Nicolas Sarkozy n’aurait pu voter le bouclier fiscal, ni réduire l’ISF.2/ C’est comme si un conducteur sans permis voulait donnait des leçons de conduite. Sarkozy a même commis des excès de vitesse: nous sommes passés d’un déficit budgétaire de 50 milliards d’euros au début de son quinquennat à un déficit de plus de 100 milliards d’euros aujourd’hui. Il ne faut pas faire croire aux Français que les choses s’amélioreront alors qu’il ne respecte pas ses engagements. 3/ Il faut éviter un piège. La responsabilité socialiste est de protéger les Français et de ne pas céder aux manoeuvres politiciennes. Nicolas Sarkozy tend un piège aux parlementaires socialistes, en espérant pouvoir les caricaturer en mauvais gestionnaires s’ils refusent de voter en sa faveur.Jamais les socialistes ne pourront s’associer à une telle démarche, car la droite n’est pas crédible sur la question de la réduction des déficits: ce gouvernement est le seul au monde à accuser un tel grand écart entre les discours et les actes.
Les manœuvres politiciennes ne doivent pas occulter le fond. C’est pourquoi Ségolène Royal a proposé un projet alternatif avec trois propositions sérieuses pour commencer dès maintenant à résorber les déficits:
1/ Lutter contre la fraude fiscale. La Commission Européenne estime à 50 milliards le coût de la fraude fiscale pour les finances publiques de notre pays.
2/ Remettre à plat la fiscalité pour plus de justice. L’exonération des heures supplémentaires coûte 4,4 milliards d’euros, il est urgent de réinjecter cet argent dans la relance économique. La baisse de l’ISF votée par la droite est un cadeau fiscal inacceptable, qui coûte 2,2 milliards d’euros par an à l’Etat. En tout, les niches fiscales plombent nos comptes publics à hauteur de 70 milliards d’euros. Il est injuste et anormal que les PME payent 30% de plus d’impôt sur les sociétés que les grands groupes du CAC 40. Les entreprises du CAC 40 doivent payer leurs impôts. Il n’y aura pas de réduction des déficits sans une équité fiscale, tous les citoyens participeront au prorata de leurs moyens.
3/ Augmenter les rentrées fiscales grâce à une dynamique économique nouvelle. La crédibilité, c’est d’abord relancer l’économie. En l’absence de politique industrielle, il faut remettre le pays en mouvement pour redonner confiance en notre économie et réduire la dette. Les PME attendent encore un soutien de l’Etat pour se développer. Cet élan sera donné par un Small Business Act à la française et un Grenelle des PME. Une banque publique d’investissement, déclinée au niveau régional, appuiera cette relance. C’est dans ce formidable réservoir de créativité que l’on trouvera la solution aux déficits. Ségolène Royal s’est engagée à ne pas faire de hausse d’impôt généralisée : il n’y aura pas de hausse du niveau des prélèvements obligatoires. Il y aura surtout une plus juste répartition des efforts entre les Français. Sa volonté est de dire qu’il y a des marges de manoeuvre. Un euro dépensé sera un euro économisé ailleurs. On ne construit pas un avenir sur la rigueur et les hausses d’impôt mais en revenant aux fondamentaux de la République. L’égalité, l’éducation, la sécurité, la sécurité sociale, mais aussi et surtout l’équité fiscale. Il en va de nos finances publiques comme de nos valeurs éthiques.

L’Equipe de Ségolène Royal




allocution de Ségolène Royal qui marque ma préférence

Mes chers amis,

Ici, dans le sud-ouest, les racines historiques sont solides et les combats sociaux ont été nombreux.

Ces combats nous rappellent que les droits politiques et sociaux ne furent jamais octroyés mais toujours conquis à force de courage et parfois chèrement payés.

Ici, on sait ce que lutter veut dire.

Ici, la dignité ouvrière et l’enracinement républicain eurent, dès l’origine, partie étroitement liée.

Ce devoir d’invention qui nous incombe aujourd’hui pour relever la France, Jaurès l’assuma en son temps.

Alors ce soir, j’ai envie de vous dire en quoi ce fils d’un sud-ouest souvent rebelle qui garde encore les traces de la révolte cathare reste, pour moi, le défricheur et l’éclaireur d’un combat toujours actuel pour que la République tienne sa promesse de liberté, d’égalité et de fraternité.

Ce qu’il appelait « la bataille entre le droit et le privilège », nous devons à notre tour la mener contre les inégalités qui se creusent, contre les discriminations qui persistent, contre les précarités qui à nouveau s’étendent.

Jaurès s’insurgeait jadis contre « l’injustice qui, du père au fils, passe avec le sang ». Autrement dit : la pauvreté héréditaire et l’immobilité des conditions.

Auraient-elles disparu ? Non ! Elles reviennent même en force, ruinant l’égalité des chances et assignant un nombre croissant de familles à ce que Jaurès appelait « la perpétuelle incertitude de la vie et la perpétuelle dépendance ».

Et cela, pas plus que lui jadis, nous ne l’acceptons pour la France car il en va du pacte social dont l’Etat doit être le garant.I.- Le défenseur de la valeur travail


Le travail, disait Jaurès, devrait être « le combat de tous les hommes contre les fatalités de la nature et les misères de la vie » alors qu’il n’est, le plus souvent, que « le combat des hommes entre eux, l’âpreté au gain, l’oppression des faibles et toutes les violences de la concurrence illimitée ».

Voilà pourquoi, disait-il aussi, « il faut subordonner les lois brutales de la concurrence aux lois supérieures de la vie ».

N’est-ce pas, dans le monde globalisé qui est désormais le nôtre, une feuille de route toujours actuelle ?

Et lorsqu’il dénonce « un système de métal qui traite des millions d’hommes comme une matière première » et l’emploi « comme une marchandise que les détenteurs du capital acceptent ou refusent à leur gré », ne disons-nous pas la même chose, nous qui n’acceptons pas que les salariés soient traités comme une vulgaire variable d’ajustement exposée aux licenciements boursiers et aux délocalisations brutales ?

Comme elle nous paraît proche de nous son indignation contre des comportements patronaux que nous pourrions décrire quasiment dans les mêmes termes !

Malgré tout ce qui a changé de lui à nous.

Je veux, moi, instaurer de nouvelles règles du jeu qui garantiront aux salariés le respect de leur dignité.

Je veux créer des sécurités nouvelles qui ne seront pas ennemies de la performance économique mais, au contraire, facteur de productivité et de compétitivité renforcées.
Révolté par les patrons autocrates et voyous de son temps, Jaurès – et cela mérite d’être rappelé – respecte ceux qui prennent le risque d’entreprendre et conduisent honnêtement leur affaire, victimes eux aussi de l’entente et de la spéculation.
II.- Combats ouvriers et démocratie sociale avant la lettre
Jaurès est révolté par la dure condition ouvrière de son temps.

Livré à lui-même, le capitalisme est pour lui « un désordre » auquel il oppose la nécessité d’un « ordre nouveau » et moi celle d’un ordre économique et social juste.Quand, face à l’injustice, la colère ouvrière éclate, il n’hésite pas et se range aux côtés de ceux qui se battent pour leur dignité.
Jeune républicain convaincu que les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit, il en vient à vouloir, pour que ces mots ne restent pas vains, que la démocratie s’étendre aux relations économiques et sociales.

Je ne peux m’empêcher d’établir une correspondance entre ce qu’il appelait « la République affirmée dans l’atelier » et cette démocratie sociale dont je veux faire (avec la démocratie représentative, la démocratie participative et la démocratie territoriale) l’un des 4 piliers de cette Républque nouvelle, de cette révolution démocratique que je propose aux Français.

Jaurès considérait que, dans l’ordre politique, la nation souveraine avait renversé les oligarchies du passé mais que, dans l’ordre économique, elle leur restait soumise.

Ce que la Révolution française avait fait pour le citoyens, il restait à l’accomplir pour le salarié privé de droits.

La démocratie sociale telle que je m’engage à la développer (avec le renforcement du dialogue entre partenaires sociaux, avec la représentation des salariés dans les conseils d’administration des entreprises, avec l’essor nécessaire d’un syndicalisme de masse qui rééquilibre les rapports entre le capital et le travail, avec sa capacité à anticiper et négocier les mutations économiques, avec ses compromis dynamiques dans l’intérêt bien compris de l’entreprise et de tous ceux qui contribuent à la production de richesse), cette démocratie sociale, donc, et l’idéal jauréssien de citoyenneté dans l’entreprise ont quelque chose en commun : la conviction que l’intérêt général commande le respect mutuel plutôt que la brutalité des relations sociales.III.- Education pour tous et formation tout au long de la vie

Boursier, comme je l’ai moi-même été, il considére que le savoir est le premier droit, la première liberté, la première dignité.


Il soutient, bien sûr, les grandes lois scolaires de Jules Ferry.

L’école à deux vitesses, une pour les riches, une pour les pauvres, n’est pas seulement une injustice : c’est, pour lui, un gâchis du potentiel des enfants, un gaspillage d’intelligence.


Il croyait, avant la lettre, à la formation tout au long de la vie.
Il plaide pour une certaine diversité de l’offre scolaire dans un cadre public et laïque, pour le droit à l’expérimentation d’écoles indépendantes gérées par les communes et de méthodes pédagogiques nouvelles.


Ses positions reflètent pour une part la méfiance, traditionnelle à cette époque, du mouvement ouvrier à l’égard de l’Etat éducateur.

Mais elles anticipent en même temps bien des débats toujours actuels et, en cela aussi, Jaurès est moderne.


Il pensait que, pour donner à leurs élèves le goût du savoir et de la liberté, les instituteurs devraient disposer de leurs droits et pouvoir, ce qui leur fut longtemps interdit, se syndiquer.


Précurseur, il le fut aussi dans un domaine très nouveau pour l’époque et devenu, de nos jours, extrêmement important : les droits de l’enfant auxquels, vous le savez, je suis particulièrement attachée.
IV.- Laïcité et langues régionales

Ardent partisan de la séparation des Eglises et de l’Etat, Jaurès prend une part active à la grande loi de 1905 qui fonde notre laïcité républicaine.


La désimbrication de ce qui, des siècles durant, avait été si étroitement mêlé est violente.


Il le fallait pour que, comme le souhaitait Victor Hugo, l’Eglise soit chez elle et l’Etat chez lui.


Dans les débats parlementaires, Jaurès soutient Briand contre les plus véhéments des anti-cléricaux qui, à gauche, tentent d’opposer la liberté de pensée et la liberté de culte, toutes deux garanties par la loi.


L’histoire lui donnera raison.


Mais Jaurès ne voulait pas qu’à trop débattre des religions, on en oublie la question sociale, pour lui prioritaire.


C’est aujourd’hui une pratique coutumière de la droite que d’agiter la question religieuse pour différer les réponses à apporter aux problèmes sociaux et à la soif d’égalité.


Jaurès parlait et aimait l’occitan.


Il n’opposa jamais langue régionale et langue nationale car il trouvait naturel et très formateur pour les enfants de pouvoir passer de l’une à l’autre.


Favorable à l’enseignement des langues régionales, c’est de cette tradition d’ouverture, de pluralité et de complémentarité que je me réclame. Car je n’oppose pas le respect des identités locales ou particulières à notre commune appartenance à la nation et à la langue françaises.
V.- L’affaire Dreyfus


Jaurès est celui qui arrima solidement le socialisme à la République et à la démocratie.


Lorsqu’éclate l’affaire Dreyfus, il commence par partager le préjugé dominant dans le mouvement ouvrier de l’époque, qui ne se sent pas concerné par la sentence d’un tribunal militaire prononcée à l’égard d’un officier supérieur issu d’un milieu aisé.


Mais, très vite, il découvre l’injustice faitre à un homme : il n’est pas question qu’il en soit complice.


Il s’engage avec passion pour la défense du capitaine traîné dans la boue, de l’homme victime du mensonge d’Etat et de l’arbitraire institutionnel.


Mes chers amis,


il y aurait tant et tant à dire sur ce Jaurès que nous aimons, sur ces belles leçons d’humanité, de lucidité et de courage qu’il nous a laissées en héritage !
VI.- Nation, Europe, internationalisme

Jaurès avait l’amour de la France, de la République et de la nation.


Il croyait et je crois avec lui « qu’un peu d’internationalisme éloigne de la patrie et que beaucoup y ramène ».


Il vibrait de ce patriotisme bien compris qui est l’ennemi du chauvinisme et le contraire du nationalisme.
Jamais il ne transigea avec le devoir de défense mais il voulait une « armée nouvelle » qui soit l’émanation de tous les citoyens.


Il eut le courage de dire haut et fort que l’intérêt des peuples allemand et français n’était pas dans l’affrontement fratricide.


Il rêvait d’une Europe de la paix : il fallut deux guerres mondiales pour commencer à la construire.


Lui qui voulait passionnément la paix, il vit, avec lucidité, l’Europe courir à la guerre.


Dans le dernier discours qu’il prononça à Lyon-Vaise, il le dit sans ambage : ce qui se profile, « c’est l’Europe en enfer, c’est le monde en enfer ».


« Je dis ces choses, ajoutait-il, avec une sorte de désespoir car la nuée de l’orage est déjà sur nous ».


Il disait également que « la peur resserre et l’espérance dilate », façon de dire que, quand une nation n’a plus confiance en elle, chacun tend à se méfier de l’autre et à se replier sur soi, cependant que le ressentiment et parfois la haine prennent le pas sur l’hospitalité et la solidarité.


C’est plus vrai que jamais dans la France d’aujourd’hui, qui souffre et qui doute.
Mais j’y vois aussi une façon de dire qu’un désir d’avenir retrouvé, c’est un pays qui repart.
VII.- Fatigue démocratique et individu-test

Jeune élu du Tarn, Jaurès affirmait que la « la démocratie française n’est pas fatiguée du mouvement, elle est fatiguée d’immobilité (…), fatiguée de l’incohérence et de l’impuissance des gouvernants ».


Je ne saurais trouver de mots plus justes pour exprimer la crise démocratique qui sévit aujourd’hui en France, la nécessité de débloquer le pays, de restaurer l’efficacité de la puissance publique et la crédibilité de l’action politique.
Il n’avait pas peur de dire que « l’individu est la mesure de toute chose ».


Autrement dit : les institutions ne valent que dans la mesure où elles servent le désir de progression et d’émancipation de chacun.


Je pense, moi aussi, que les solidarités collectives ne valent que si elles font du droit de conduire sa vie et de la possibilité de répondre personnellement de ses actes non plus le privilège de quelques uns mais le droit de tous.


Tout le contraire de l’assistanat !


Il n’opposait pas, lui, l’individuel et le collectif, l’aspiration à l’autonomie et les sécurités collectives qu’elle requiert.
* * *

Mais peut-être le Jaurès le plus hardi, le plus iconoclaste est-il celui qui houspillait fraternellement ses camarades en leur tenant ces propos : « le socialisme n’est pas une momie enveloppée de bandelettes doctrinales (…). Nous sommes un parti vivant, nous poursuivons notre œuvre de justice non dans le vide mais au travers des réalités multiples et diverses de la société présente ».


Il ajoutait : notre rôle n’est pas de nous isoler dans je ne sais quel souci de pureté ou de perfection, notre rôle, c’est « de nous commettre avec la société d’aujourd’hui ».


Il exhortait les siens à n’avoir « peur d’aucune formule et d’aucune idée ».


Jamais il n’abdiqua son indépendance de pensée et de parole.


Jamais il ne se résigna à l’injustice.


Jamais il ne dévia de sa ligne de conduite : recherche de la vérité, clarté dans le débat, unité dans l’action. Et République indissociable de la justice sociale.

 


Ségolène Royal

 



Identité Française.

De Gaulle avait une certaine idée de la France…….On a jamais su ce qu’était exactement cette idée..!
 
Il n’existe pas de race Française
Le pays qui deviendra la France a d’abord été constitué par des peuples venus de l’Est.
Il n’ont pas pu aller plus loin à cause de la mer……!.
Je parle principalement des” Invasions Barbares”du début de notre ère, que les Allemands appellent plus précisément”Völkerwanderung” la migration des peuples.Cette migration s’est perpétuée jusqu’à nos jours, sans en avoir l’intensité des premiers siècles.
Elle a vu , au 20ème siècle , venir chez nous les persécutés des pays de l’Est de l’Europe , principalement
les Juifs ashkénazes.
Ils n’étaient pas seules mais tous ont enrichi notre pays.

Il ne faut pas oublier que nous fûmes aussi une grande puissance coloniale et même si notre comportement tenait plus de l’Aparteid que de l’Assimilation , une solidarité s’est établie avec ces peuples.
Nous leur avont donné notre langue et quelque part notre civilisation.
Si certains,  poussés par la misére et la faim,  sont venu chez nous,  ils méritent notre reconnaisance, notre respect et l’assimilation à notre société.
Pour ces populations, sonvent maintenus dans le sous-developpement par des dictateurs, la France représente un accéssible espoir.
L’histoire récente nous montre une assimilation reussie.
Pourquoi revenir sur ce succès…….!

Alors qu’est que la France ?

La marseillaise et le drapeau ne sont que des symboles. D’autres valeurs cimentent la communauté Française :
La LANGUE et les Valeurs des Lumières : LIBERTÉ-ÉGALITÉ-FRATERNITÉ .
A quoi Il faut ajouté l’ HISTOIRE DES LUTTES pour imposer cet idéal et son prolongement dans la LAÏCITÉ.

Un irresponsable a pensé que cette enseignement n’était plus nécessaire à l’âge où l’on va devenir
citoyen à part entière.Il est ministre de l’EDUCATION NATIONALE.  

Bucéphal77



Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.



Autrement |
Philippe Aalberg |
Chaire de recherche en étud... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Séjour solidaire entre géné...
| vivre autrement
| Politiques Frictions